Flore et fauna

Animaux et végétaux

La vie au Borgo

On ne peut raconter la vie du Borgo sans évoquer Lucky et Pongo, deux frères border collie dont la beauté est égale à l’intelligence. Ce sont deux coquins amusants et fascinants, avides de câlins et de caresses, qui dégagent une énorme énergie et dont la priorité est de jouer. A côté d’eux on trouve Simba, le dernier arrivé, un caniche de Bologne couleur champagne, âgé de quelques mois à peine, qui grandit en suivant l’exemple de Lucky et de Pongo. Et le week-end, avec nous, la princesse de la maison, Camilla, arrive de Milan, une Golden Retriever avec un manteau d’or, qui aimerait bien la mer et le repos plutôt que la campagne, mais ne pouvant pas se passer de la compagnie de « maman et papa », s’adapte à vivre avec ces frères de campagne, sans dédaigner toutefois une promenade chez les animaux de la basse-cour.

Et, en ce qui concerne ces derniers, au Borgo, vous n’avez que l’embarras du choix. Il y a des canards et des oies au long cou qui aiment vivre en communautés séparées et s’éclabousser dans un petit lac artificiel tout pour eux. Il est impossible d’essayer de comprendre le langage assourdissant des oies mais, face au danger, comme l’arrivée du renard, elles sont un véritable antivol naturel. D’autre part, elles retrouvent un peu de classe quand, au crépuscule, elles s’envolent à un mètre du sol avec l’élégance d’un vol d’oiseaux.

Et puis il y a le poulailler, un microcosme en soi : une pintade, une quarantaine de poules qui ne mourront certainement que de vieillesse, et un seul coq, monarque incontesté, sage et équilibré, capable de contrôler son harem, tolérant avec les humains, respectueux, dans sa chanson matinale, du repos de nos invités. Bien sûr, il y a aussi des poules pondeuses soumises au harcèlement d’un mari très ardent, mais dans le poulailler c’est la sérénité qui règne.

Pendant la journée, tous les animaux courent librement sur les terrains du Borgo, en été entre les épis de maïs et les coquelicots, et pendant les heures les plus chaudes ils cherchent de l’ombre sous les branches des grenadiers, des noyers et des cerisiers. Et au crépuscule, tous se retirent dans leurs appartements, en premier les poules, qui vont s’installer sur les perchoirs pour profiter d’un repos bien mérité.